fonctionnelle ou relationnelle ?

Dans les pratiques de soin faisant référence au développement psychomoteur, on peut observer des méthodes variées, souvent appelées « psychomotricité fonctionnelle » ou « psychomotricité relationnelle ». La distinction de ces deux termes est toute relative, car le psychomotricien travaille par définition la fonction dans la relation et vis versa.  Mais pour faire simple, on peut dire que c’est le type d'approche et ce qu'elle met au travail qui vont les distinguer : 

La pratique à orientation dite « fonctionnelle » : C'est une approche axée sur la récupération ou le développement d’une fonction psychomotrice qui est déficitaire pour des raisons le plus souvent neuro-motrices. Elle se base généralement sur la proposition d'exercices ciblés, est pratiquée le plus souvent par des rééducateurs (kiné, ergo,...) spécialisés dans le développement psychomoteur. 

La pratique à orientation dite « relationnelle » : Elle propose la mise au travail et l'étayage des fondements psychomoteurs qui sous-tendent la construction psycho-corporelle, et qui participent à la façon dont la personne, l'enfant, va pouvoir interagir avec l'environnement et les autres. Elle est spécifique aux psychomotriciens. 

Dessin chloe 5

Par fondements psychomoteurs on entend notamment :

  • l'intégration d'une sécurité de base, en rapport avec un axe et des appuis corporels solides et de qualité,
  • l'intégration et l'organisation des espaces et limites corporels et psychiques,
  • l'instauration d'une régulation et un équilibre sensori-tonique, qui permet de s’ajuster dans son corps, avec l’environnement et avec l’autre, ...
Dessin chloe 2

En psychomotricité relationnelle, ces capacités seront envisagées dans leurs liens avec le développement psycho-affectif et relationnel, par exemple avec les capacités à symboliser et à se décentrer de ses émotions, à acquérir une autonomie dans ses processus de réassurance,  …

L'approche ne sera pas directive, via des exercices ciblés, mais "induite" au travers du cadre et du jeu libre. Cela afin de laisser à l'enfant une aire de liberté créative dans laquelle il pourra mettre en jeu ses compétences, s'y appuyer et les faire évoluer avec l'aide du psychomotricien.